1ère consultation pour une rhinoplastie

Le but de cette consultation est d’expliquer les bases de la rhinoplastie et d’analyser les complaintes des patients.

S’il existe plus de 6 milliards de nez différents sur terre, les doléances des patients sont souvent les mêmes : « Docteur, j’ai une bosse » représente plus de 90% de la démarche ainsi que les défauts de pointe : « Trop grosse, j’ai une patate au bout du nez, etc … ». D’ailleurs en additionnant les deux phénomènes, on en arrive devant la conclusion que « Je voudrais un nez plus court », c’est d’ailleurs pour cette raison que l’on appelle cette intervention une rhinoplastie de réduction.

Le chirurgien doit s’assurer de la bonne perméabilité des voies nasales indispensable à une bonne respiration. Un nez « réussi » doit être plaisant à regarder mais également à respirer normalement.

Le chirurgien doit expliquer le scénario et les grands principes d’une rhinoplastie.

Il existe chronologiquement deux étapes :

  • Une étape chirurgicale courte de quinze jours où le chirurgien va corriger sous anesthésie générale les défauts observés sur le nez. Défauts qui intéressent le squelette ostéo cartilagineux du nez.
  • Une étape cutanée, c’est à dire qui intéresse la peau et que le chirurgien hormis son incision à toujours respecter, qui est beaucoup plus longue (un an minimum voir plus dans les cas des multi-opérés où la peau doit épouser progressivement la longueur de la structure que le chirurgien aura préalablement modifiée au cours du temps chirurgical.

L’hospitalisation est le plus souvent en ambulatoire. L’étape chirurgicale consiste à modifier le squelette du nez en travaillant sur deux types de matériaux très différents : l’os et le cartilage.

Sur le plan anatomique, le nez est constitué de trois tuiles, une tuile supérieure osseuse fixe, une tuile moyenne cartilagineuse fixe et une tuile inférieure cartilagineuse mobile (la manière d’une visière sur casque). Ainsi la bosse est constituée pour moitié d’os et de cartilage alors que la pointe est constituée uniquement de cartilage.

L’os est rigide mais il possède une qualité de soudure et donc de stabilité (à la manière d’une fracture consolidée) bonne garantie d’une pérennité du résultats.

Le cartilage est autrement plus difficile à travailler car de par sa souplesse élastique, il possède une MEMOIRE DE FORME, forme qu’il faudra modifier pour obtenir le résultat voulu. Son autre difficulté vient du fait que le cartilage une fois coupé, ne se soudera plus jamais à la différence de l’os. Il faut donc éviter de trop sectionner le cartilage et pour modifier la forme nous utilisons du fils fin, résorbable, sur quelques mois. Ce fil doit maintenir la forme des cartilages ainsi modifiés jusqu’à ce que la peau se rétractant emprisonne littéralement le cartilage, ce qui prend habituellement plusieurs mois.

Toutes manipulations intempestives de la pointe du nez dans les premiers mois sont fortement déconseillées.

Le patient quitte ensuite la consultation avec une documentation officielle (SOFCPRE) et un devis, soit pour une prise en charge sécurité sociale avec une entente préalable, soit un devis strictement à visée esthétique.

Prendre un rendez-vous
Remplissez le formulaire pour être recontacté

Découvrez la simulation
Contacter le cabinet
Voir les vidéos
Voir la galerie